Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Rêve de volant

De la manière dont on peut aimer conduire des voitures de sport.

Articles avec #rallye catégorie

C'est reparti comme en 46

Publié le 17 Septembre 2017 par Matou DeMatou dans Rallye

C'est reparti comme en 46

Cela fait maintenant 8 mois que je n'ai pas roulé. Je suis donc un peu tendu à l'idée de ne pas être en confiance pour la reprise. Surtout que le rallye du Lignon auquel je participe ne laisse pas beaucoup de chance à ceux qui s'y attaquent.

La stratégie consiste à reprendre les automatismes du pilotage "rallye". La marge prise lors de la première spéciale correspond exactement  au chemin à parcourir dans ma tête pour une mise à niveau.

 

C'est reparti comme en 46
C'est reparti comme en 46

Évidement, le naturel reprenant le dessus, les temps au kilomètre tombent au fur et à mesure que le plaisir de piloter augmente. D'"appuis" en "appuis", de "ciels" en "bosses", de "cordes" en "long ferme", le taux d'adrénaline au plus haut me rassure pour la suite. Doud, mon copilote, n'y est pas pour rien.

 

 

L'incertitude sur la fiabilité de la voiture est très vite levée Une vraie horloge grâce à une assistance toujours hors pair.

C'est reparti comme en 46

Ça y est, le plaisir reprend sa place, de jour puis de nuit.

Je n'ai jamais autant tiré le frein à main de ma vie. La 206 obéit au doigt et à l’œil: cette valse mécanique tant attendue me réconcilie avec moi même.

 

Merci à tous ceux qui sont venus me supporter.

Vivement la suite...

 

Jean Philippe

Sur le podium: 3 ème de la classe

Sur le podium: 3 ème de la classe

commentaires

Cascade

Publié le 25 Mars 2017 par Matou DeMatou dans Rallye

A l'attaque!

A l'attaque!

Ce week-end du 18 mars restera longtemps gravé dans la tête de tous ceux qui ont suivi de près ou de loin l'équipe de la 206 RC n° 93 engagée au rallye de Haute Provence. Il faut reconnaitre que l'ascenseur émotionnel fit quelques allés retours entre le quatrième sous-sol et le firmament.

Tout commence évidemment par une organisation sans faille dès le vendredi soir. Nous sommes attendus par la famille du côté d'Apt en fin de soirée. Comme il fait un peu frais, le feu de cheminée crépite dans la merveilleuse bâtisse provençale pendant que nous dégustons un vieux génépi à peine coupé.Je suis heureux de tout et je pense déjà au lendemain: peut être que je croiserai S Loeb, qui sait?

A peine sauté dans le lit que le réveil sonne; déjà le premier jour de course! Après avoir rallié Manosque en convoi, nous commençons par les vérifications techniques vers 10h30. Bingo, je me trouve juste derrière le boss. Mythique!

Au parc fermé au milieu des clio

Au parc fermé au milieu des clio

Ca y est! Nous dépassons la file des voitures garées vers la ligne de départ. L'adrénaline monte du cœur au cerveau ou inversement, je ne sais plus.... Parti ! Je me sens à l'aise d"autant que  la voiture est parfaite. Les virages s'enchainent d'appuis en appuis. Dans une ligne droite , je monte au rupteur à fond de 5 : 175 km/h entre les arbres....

CascadeCascade
Cascade

Le rallye et une partie de la saison se sont arrêtés vers le dixième kilomètre dans une épingle gauche que nous ne prendrons jamais.La non-annonce du virage caché par un "ciel" associé à une grande vitesse m'impose alors un tout droit vers l'inconnu. La glissade nous conduit directement vers le talus derrière lequel nous découvrons notre sort: un ravin d'une quinzaine de mètres!

Oups, ça va faire mal...

Autant dire que ses quelques secondes sont impressionnantes et intenses. Le décollage immédiat face au paysage précède un plongeon mémorable le nez en avant.

La machine à laver se met en route pour un tonneau par l'avant. Nous subissons les lois de la physique durant notre interminable chute.

L'affaire se termine sur le toit calé à l'envers contre un arbre. Quelques secondes sont nécessaires pour reprendre les esprits puis nous nous regardons avec Alex pour constater que nous n'avons pas de bobos.

Il nous aura fallu au moins une minute pour sortir de la voiture avec l'aide des spectateurs: plus de peur que de mal!

La voiture sera finalement sortie du ravin vers minuit et demi soit cinq heures plus tard. Toute l'équipe a fait du bon boulot pour remettre la machine infernale sur la remorque.

Bien sur il y a du dégât, mais la caisse est sauvée ce qui nous permettra de la réparer.

Jean-Philippe.

commentaires

Rallye de Haute-Provence

Publié le 5 Mars 2017 par Matou DeMatou dans Rallye

L'affiche

L'affiche

L'équipe Matoudematou Rallye Team participera au 29e Rallye national de Haute Provence, organisé les 18 et 19 mars par l’ASA de Haute Provence, ligue Provence Alpes – Côte d’Azur.

PROGRAMME:


11/03 : Reconnaissances.

13/03 : Publication de la liste des engagés
S 18/03 07:00-11:15 : Vérifications (Salle des fêtes Osco Manosco, Chemin du Moulin Neuf à Manosque)
S 18/03 13:30 : Départ du rallye (Parking Lycée des Iscles, Avenue Regis Ryckebusch à Manosque)
D 19/03 13:50 : Arrivée du rallye (Parking Lycée des Iscles, Avenue Regis Ryckebusch à Manosque)
D 19/03 : Remise des prix à l’arrivée (Parking Lycée des Iscles, Avenue Regis Ryckebusch à Manosque)
Parcours : 374.65 km, dont 8 épreuves spéciales d’une longueur totale de 116.62 km.

 

commentaires

Saison Rallye 2017

Publié le 28 Janvier 2017 par Matou DeMatou dans Rallye

Regarder Loin !

Regarder Loin !

Musique d'ambiance

Ca y est ! Sortez vos agendas! Le programme 2017 de l'équipe vient de paraitre. Après une année 2016 de découverte, l'objectif est maintenant de rechercher des sensations et de la performance, tout en gardant la fameuse marge de sécurité.

Au programme, nous commencerons le 18/19 mars par le rallye de Haute Provence du côté de Manosque. Il s'agit  de se remettre dans le rythme avant de s'attaquer au rallye de Charbonnières ce qui constitue pour moi un aboutissement. Ensuite , on verra en fonction des résultats la suite de la saison sachant que 5 à 6 rallyes serait l'idéal. Je finirais par le rallye du Haut Lignon comme l'année dernière: ça avait été tellement sympa....

Téléchargez la plaquette 2017 avec tout le programme!

Actuellement, la voiture est en cours de révision, ventre ouvert, pour une cure de jouvence notamment sur le haut du bloc moteur.

Le pilote vient de passer la visite médicale sans encombre. L'électrocardiogramme rend un verdict favorable à la pratique du sport automobile: A moi la licence FFSA nationale!

Je compte sur un maximum de supporters au bord des routes. Les plus courageux qui viendront nous faire un coucou à l'assistance seront toujours les bienvenus.

 

"Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu'elle s'interdit."  - Oscar Wilde

 

Jean-Philippe

commentaires

48 heures : la suite

Publié le 18 Septembre 2016 par Matou DeMatou dans Rallye

Je vous dois la suite du rallye ES par ES, c'est la moindre des choses!

Avant de nous lancer dans l'ES 1, nous sommes passés par l'assistance avec le choix crucial des pneumatiques. En effet, c'est la première fois que je vais bombarder sous la pluie, en tout cas sur route humide.. J'avoue que je ne suis pas rassuré. Nous décidons de monter 4 slicks gomme tendre dans l'espoir que la pluie s’arrête et que nous puissions attaquer sur des routes à peu près sèches. Michel et son frère s'activent autour de la voiture. Départ dans 5 minutes vers la première spéciale

Assistance 1
Assistance 1Assistance 1

Assistance 1

ES 1:

je suis au départ de la première spéciale de mon premier rallye national. Le décompte a commencé, je ne peux plus faire marche arrière. Heureusement la pluie cesse. La route étroite et froide nous semble sèche. Décompte: 3.2.1.0 . "50 mètres ciel dans droite 5 + à fond" m'annonce Marine dans le micro du casque. Je m’exécute, ça passe. La spéciale faisant 19 kms, je me dis que je vais un peu gérer avant de tenter quoi que ce soit, au moins pour chasser les vieux démons de mon précédant rallye trop rapidement écourté. Les 9 premiers kilomètres sont sur route sèche ce qui me permet de prendre la mesure car je suis à l'aise sans excès alors que les notes tombent à point. La deuxième partie de la spéciale très rapide sur route trempée m'impose quelques figures de style mais je reste sur la route. Ouf! nous arrivons. Je descend de la voiture pour discuter avec David R. Il me demande combien j'ai fait: J'en sais rien, ce qui important c'est que je sois encore là.

ES 2:

L'ES 2 est une spéciale très courte et technique dans les sous bois comprenant quelques virages piégeux et étroits ainsi qu'une épingle très serrée. La route est maintenant détrempée ce qui implique pour moi une grande concentration. Il fait huit degrés dehors mais je suis en nage alors que Marine, décontractée, me jure que c'est sa spéciale préférée. La partie technique s'enchaine avec beaucoup d'humilité et une bonne marge de sécurité. Le frein à main à l'épingle nous vaut un petit passage sur le bord du talus sans gravité sauf pour les pissenlits. Nous arrivons au bout de l'ES satisfaits. Au fait, tout à l'heure, on y passera de nuit! Ça va être sport!

ES 3:

Comme nous changeons de versant, il s'avère que l'ES 3 est sèche. Alléluia! Nous en profitons pour attaquer un peu plus sachant qu'il faut gérer quelques passages un peu chauds. Je commence à me sentir à l'aise et nous réalisons un bon chrono avec quelques dérives à la clé. La fin de spéciale est très rapide au milieu de platanes ce qui ne m’empêche pas de prendre quelques appuis. Finalement, les slicks gomme tendre sur ce premier tour est un bon choix. Lorsque nous passons le panneau arrivée, nous avons réalisés pratiquement le roulage d'un régional alors qu'il reste encore deux tours.

Assistance 2:

Il faut à nouveau choisir les pneus pour le deuxième tour. Nous scrutons les autres équipes. Les conversations s'animent autour du site de Météo France.Mais il n'y a rien à prédire car le temps change à peu près toutes les demi heures: Il va falloir jouer un coup de poker...Je décide de partir en slick pour préserver les pneus pluie pour le dernier tour de nuit au cas où.

48 heures : la suite

ES 4:

J'arrive à l'ES 4 sous des trombes d'eau: c'est un naufrage stratégique: Il va falloir rester sur la route coute que coute .Tant pis pour le spectacle et les chronos.Je constate avec un regard qui se décompose que la voiture devant moi est chaussée de pneus pluie. Ça y est, c'est parti! Les freinages sont réalisés sur des œufs. Aie j’appuie trop fort sur la pédale de gauche, je pars en luge, je lâche, la voiture reprend de l’adhérence, on passe...Nous passons proprement et sans fracas l'épingle de Tence sous le regard attentif des spectateurs alors que la pluie a cessé. Après quelques grosses frayeurs, nous atteignons l'arrivée mais nous avons perdu beaucoup de temps. C'est pas grave, c'est le métier qui rentre.

ES 5:

La spéciale commence par la traversée furtive d'un chat 5 mètres devant le capot dans un virage à la ferme. Je distingue son pelage blanc et noir. Heureusement Marine ne l'a pas vu car elle est plongée dans son cahier. Je me loupe encore à l'épingle ramassant le reste des pissenlits dans le creux du becquet avant. Je l’aurais un jour, je l'aurais!

ES 6:

La spéciale est à nouveau sèche. Je décide d'attaquer pour tenter de rattraper le retard pris sur les deux précédentes spéciales. Je suis concentré lorsque j’aperçois la famille jonchée sur un tas de bois pour me soutenir. Je passe devant eux le sourire aux lèvres dont la décontraction est sans doute à l'origine d'une belle dérive certes maitrisée mais peu efficace.

Assistance 3:

A nouveau le choix des pneus s'impose à nous. Sans hésiter , nous montons les "pluie". Je ne veux pas revivre le tour 2 car je commence à fatiguer. L'ambiance de nuit devient dantesque avant même de nous lancer. Les irréductibles nous soutiennent sous une pluie battante. Et encore merci à notre assistance qui a fait un super boulot.

ES 7:

C'est dans cette spéciale que le rallye a basculé.

Équipé de pneus pluie , je me sens plus à l'aise car je constate que l'efficacité de freinage est redoutable. Je pars donc confiant juste derrière David R, le concurrent entre nous deux étant sorti dans l'ES précédente.Les douze premiers kms se passent bien et nous attaquons dans la mesure de nos capacités intellectuelles et physiques. Et puis dans un gauche, la voiture est partie en dérive pour faire un 180 sur la route. Ouf, nous n’avons rien touché mais la voiture a calé. Je tourne la clef, rien à faire! je recommence, même punition. Nous sommes face à la circulation et dans 30 secondes , une voiture de course arrivera plein fer sur nous. Je demande à Marine de descendre pour nous prévenir avant le virage. Elle se dessangle pendant que tente toujours de démarrer: Rien à faire. La voiture suivante nous passe à côté à vive allure toute rampe allumée. Il faut faire quelque chose. J'enlève la clef, je la remets, j’éteins la rampe de phare mais je la rallume aussitôt pour nous prévenir dans le noir absolu. La deuxième voiture passe lorsque je décide de faire avancer la voiture au démarreur en première pour nous dégager de ce mauvais pas. Le moteur broute, crapote puis démarre afin au bout de 2 mns 30. Marine saute dans la voiture et se sangle puis je tente de piloter à vue le temps qu'elle retrouve le fil des notes. Pas loupé, au Pif paf, je fais tirer tout droit coupant ainsi la rubalise qui délimite le parcours: il faut qu'on se calme...Nous rallions l'arrivée tant bien que mal mais nous savions que cet incident nous faisait passer de la deuxième place de la classe à la quatrième.

ES 8:

L'ES 8 fut l'enfer. La pluie battante, le noir absolu en forêt, la route couverte de boue et les nappes de brouillard m'ont fait monter le palpitant à 200. J'ai découvert ce qu'est le rallye dans cette spéciale. je n’avais jamais été confronté à autant d'aléas à la fois, y compris en sortie de boite de nuit dans ma première vie.Je pense que je m'en souviendrais pendant longtemps. Mais nous sommes arrivés au bout avec, s'il vous plaît, un chrono honorable Les pneus pluie ont fonctionné à merveille dans ce temps hivernal. Au fait, je réussis enfin mon frein à main dans l'épingle: les derniers pissenlits attendront...

ES 9:

La seule chose qui a compté dans cette ES, c'est la ligne d'arrivée. Tous étaient là pour nous supporter: applaudissements, félicitations, rires,....Lorsque j'ai quitté le casque j'étais en sueur mais heureux. On a discuté 10 mns puis nous avons rejoint tranquillement le parc fermé: l'équipe MatouDematou Rallye Team a vaincu le rallye du Haut Lignon!

Jean-Philippe.

48 heures : la suite
commentaires
1 2 3 4 5 6 7 > >>