Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rêve de volant

De la manière dont on peut aimer conduire des voitures de sport.

Cascade

Publié le 25 Mars 2017 par Matou DeMatou in Rallye

A l'attaque!

A l'attaque!

Ce week-end du 18 mars restera longtemps gravé dans la tête de tous ceux qui ont suivi de près ou de loin l'équipe de la 206 RC n° 93 engagée au rallye de Haute Provence. Il faut reconnaitre que l'ascenseur émotionnel fit quelques allés retours entre le quatrième sous-sol et le firmament.

Tout commence évidemment par une organisation sans faille dès le vendredi soir. Nous sommes attendus par la famille du côté d'Apt en fin de soirée. Comme il fait un peu frais, le feu de cheminée crépite dans la merveilleuse bâtisse provençale pendant que nous dégustons un vieux génépi à peine coupé.Je suis heureux de tout et je pense déjà au lendemain: peut être que je croiserai S Loeb, qui sait?

A peine sauté dans le lit que le réveil sonne; déjà le premier jour de course! Après avoir rallié Manosque en convoi, nous commençons par les vérifications techniques vers 10h30. Bingo, je me trouve juste derrière le boss. Mythique!

Au parc fermé au milieu des clio

Au parc fermé au milieu des clio

Ca y est! Nous dépassons la file des voitures garées vers la ligne de départ. L'adrénaline monte du cœur au cerveau ou inversement, je ne sais plus.... Parti ! Je me sens à l'aise d"autant que  la voiture est parfaite. Les virages s'enchainent d'appuis en appuis. Dans une ligne droite , je monte au rupteur à fond de 5 : 175 km/h entre les arbres....

CascadeCascade
Cascade

Le rallye et une partie de la saison se sont arrêtés vers le dixième kilomètre dans une épingle gauche que nous ne prendrons jamais.La non-annonce du virage caché par un "ciel" associé à une grande vitesse m'impose alors un tout droit vers l'inconnu. La glissade nous conduit directement vers le talus derrière lequel nous découvrons notre sort: un ravin d'une quinzaine de mètres!

Oups, ça va faire mal...

Autant dire que ses quelques secondes sont impressionnantes et intenses. Le décollage immédiat face au paysage précède un plongeon mémorable le nez en avant.

La machine à laver se met en route pour un tonneau par l'avant. Nous subissons les lois de la physique durant notre interminable chute.

L'affaire se termine sur le toit calé à l'envers contre un arbre. Quelques secondes sont nécessaires pour reprendre les esprits puis nous nous regardons avec Alex pour constater que nous n'avons pas de bobos.

Il nous aura fallu au moins une minute pour sortir de la voiture avec l'aide des spectateurs: plus de peur que de mal!

La voiture sera finalement sortie du ravin vers minuit et demi soit cinq heures plus tard. Toute l'équipe a fait du bon boulot pour remettre la machine infernale sur la remorque.

Bien sur il y a du dégât, mais la caisse est sauvée ce qui nous permettra de la réparer.

Jean-Philippe.

Commenter cet article