Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Rêve de volant

De la manière dont on peut aimer conduire des voitures de sport.

C'est le jeu...

Publié le 28 Août 2016 par Matou DeMatou in Rallye

Pour la première fois de son histoire, l'équipe MatouDematou Rallye Team a jeté l'éponge par abandon dans un rallye, celui de chartreuse 2016. La fuite sur le radiateur de refroidissement suite à la touchette d'un poteau s'est imposée à nous dès le troisième kilomètre, nous obligeant à renoncer sur problème mécanique après l'arrivée de l'ES1.Voilà, fin de l'histoire.

C'est le jeu...

Pourtant tout avait bien commencé avec une organisation comme d'habitude sans faille. La voiture était réglée comme à la côte roannaise, montée de pneus neufs à l'avant en gomme mixte vu les 37 ° ambiant très pénibles au demeurant. Le copilotage, sous le contrôle de Jérôme B, nous permettait d’espérer quelques beaux passages sur les routes vallonnées et étroites du massif de Chartreuse.

C'est le jeu...

Du côté de nos supporters, le beau monde se déplaçait pour nous soutenir. Il faut souligner que l'ambiance de ce rallye estival culmine tant les passages sont techniques et spectaculaires. Je remercie la présence du sponsor I love Print qui avait fait un gros "Twit" la veille sur l'événement. Pour l'histoire, j'ai du prévenir nos fans du dimanche que ce n'était pas la peine de se déplacer et espérer nous voir dégommer l'asphalte. Dommage, dommage...

C'est le jeu...

Côté pilotage, après un premier kilomètre un peu poussif affublé de trois grosses épingles, je me suis mis dans le rythme des notes de Jérôme. L’arrière très joueur de la 206 nous valait quelques beaux transferts de masse comme les aiment tous les pilotes. A deux ou trois reprises nous avons testé les limites d’adhérence de la voiture constituant ainsi une expérience indispensable pour la suite des compétitions. Bref il est clair que je progresse à grands pas à chaque kilomètre réalisé. Puis un moment d'inattention alimenté par un concurrent tanké dans le bas côté, me faisait perdre le fil des notes dans un gauche à 90° nous conduisant aux conséquences que vous connaissez.Nous avons fini la spéciale sur un faux rythme après avoir perdu plus de 30 s dans la mésaventure.

Au lieu de m'exciter dans les droites et les gauches, c'est comme ça que je me retrouve ce dimanche matin au marché de Croix rousse devant les étals de fruits. La vie est un grand écart dont les limites sont notre propre souplesse.

Jean Philippe.

Le marché de Croix-rousse un dimanche matin

Le marché de Croix-rousse un dimanche matin

Commenter cet article